Journée d’études du 22 octobre 2012

Depuis son étymologie, ad-dicere, l’addiction est affaire de parole, de rapport à l’autre et de dépendance. Était déclaré addictus et adjugé à un maître celui n’avait pu tenir ses engagements, tenir la parole donnée.

  • Mais, surtout, on sait qu’une conduite addictive a pour corollaire des usages caractérisés de la parole. Soit qu’elle s’éteigne, soit qu’elle se fige et tourne sur elle–même. Une certaine répétition des propos (ou des modalités relationnelles) fait souvent comme un écho à la répétition de la conduite addictive.
  • Par ailleurs, on ne peut négliger que nos rapports aux objets d’addictions sont médiatisés par des discours qui leur donnent sens, tentent parfois de les prévenir, parfois de les intensifier : notre société est addictogène aussi par les discours qu’elle porte parfois sur les conduites addictives.
  • Nos connaissances, les recherches, les concepts, notions, phénomènes qui constituent et structurent ce que nous savons, ce que nous pouvons dire sur les addictions, sont également faits de discours.
  • Enfin, c’est aussi par la parole que nous sommes en mesure d’accompagner, aider, soigner les usagers.

En portant l’accent sur la parole dans les addictions, les organisateurs de cette journée d’étude (L’IREMA et PRAXILING UMR 5267 CNRS de l’Université Montpellier III) ont souhaité questionner la diversité des écoutes de cette parole qu’entendent à tour de rôle médecins, linguistes, soignants, psychanalystes, formateurs, historiens, sociologues, philosophes…

Que dire, à notre tour, des modalités de cette parole, qui exprime le travail constant de positionnement en lien à l’autre, à soi et au monde de la part de ceux qui « ont le sentiment d’être seuls, isolés, incomplets narcissiquement » (Hautefeuille & Velea) ? Quelle est sa nature discursive, rhétorique, narrative, interactionnelle ?

Mobilisant de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, cette journée visera à contribuer à une approche transdisciplinaire des rapports complexes entre le langage et les addictions.

Programme

  • « Adresse et (inter-)subjectivité dans le discours de l’alcoolique »
    • François Perea, Maître de conférences – Université Montpellier III. Laboratoire PRAXILING UMR 5267 CNRS. Auteur notamment de Langage et clinique de l’alcoolisme.
  • « Le déni, le silence, la pudeur »
    • Ingrid Ceria, Psychologue clinicenne. Formatrice Permanente à l’Irema. Enseignante à l’Université Paris 8, dans le cadre du DESU « Prise en charge de personnes addictes ».
  • « addiction, parole et individuations »
    • Olivier Brunschwig, Psychiatre, psychanalyste
  • « Point de parole »
    • Pascale Moins, Psychiatre, psychanalyste
  • « Le travail d’écriture dans l’accompagnement alcoologique »
    • Véronique Thépot, Médecin addictologue
  • « Où est donc le prêteur qui dit… ? »
    • Jean-Louis Chassaing, Psychanalyste. Membre praticien de l’Association lacanienne internationale. Secrétaire de Rédaction de La Revue Lacanienne, Psychiatre. Notamment auteur de Drogue et langage Ducorps et de lalangue (Erès).
  • « Histoire critique du mot addiction »
    • Jean Dugarin,psychiatre
    • Patrice Nominé, psychologue
  • « L’addiction et l’éthique de la parole »
    • Marilia Amorim, Ancien professeur du département de psychologie sociale de l’Université fédérale de Rio de Janeiro et maître de conférences à l’Université de Paris VIII. Auteur notamment de Petit traité de la bêtise contemporaine et Raconter, démontrer, survivre : formes de savoir et de discours dans la culture contemporaine (Erès) ; Dialogisme et altérité dans les sciences humaine (L’Harmattan).
  • « Les harmoniques de la parole : approche dialogique »
    • Marc Levivier, Formateur permanent à l’Irema, Responsable du DESU « Prise en charge de personnes addictes » à l’université Paris 8.

 

Inscription obligatoire