Journée d’études du 22 octobre 2012

Depuis son étymologie, ad-dicere, l’addiction est affaire de parole, de rapport à l’autre et de dépendance. Était déclaré addictus et adjugé à un maître celui n’avait pu tenir ses engagements, tenir la parole donnée.

  • Mais, surtout, on sait qu’une conduite addictive a pour corollaire des usages caractérisés de la parole. Soit qu’elle s’éteigne, soit qu’elle se fige et tourne sur elle–même. Une certaine répétition des propos (ou des modalités relationnelles) fait souvent comme un écho à la répétition de la conduite addictive.
  • Par ailleurs, on ne peut négliger que nos rapports aux objets d’addictions sont médiatisés par des discours qui leur donnent sens, tentent parfois de les prévenir, parfois de les intensifier : notre société est addictogène aussi par les discours qu’elle porte parfois sur les conduites addictives.
  • Nos connaissances, les recherches, les concepts, notions, phénomènes qui constituent et structurent ce que nous savons, ce que nous pouvons dire sur les addictions, sont également faits de discours.
  • Enfin, c’est aussi par la parole que nous sommes en mesure d’accompagner, aider, soigner les usagers.

En portant l’accent sur la parole dans les addictions, les organisateurs de cette journée d’étude (L’IREMA et PRAXILING UMR 5267 CNRS de l’Université Montpellier III) ont souhaité questionner la diversité des écoutes de cette parole qu’entendent à tour de rôle médecins, linguistes, soignants, psychanalystes, formateurs, historiens, sociologues, philosophes…

Que dire, à notre tour, des modalités de cette parole, qui exprime le travail constant de positionnement en lien à l’autre, à soi et au monde de la part de ceux qui « ont le sentiment d’être seuls, isolés, incomplets narcissiquement » (Hautefeuille & Velea) ? Quelle est sa nature discursive, rhétorique, narrative, interactionnelle ?

Mobilisant de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales, cette journée visera à contribuer à une approche transdisciplinaire des rapports complexes entre le langage et les addictions.

Programme

  • « Adresse et (inter-)subjectivité dans le discours de l’alcoolique »
    • François Perea, Maître de conférences – Université Montpellier III. Laboratoire PRAXILING UMR 5267 CNRS. Auteur notamment de Langage et clinique de l’alcoolisme.
  • « Le déni, le silence, la pudeur »
    • Ingrid Ceria, Psychologue clinicenne. Formatrice Permanente à l’Irema. Enseignante à l’Université Paris 8, dans le cadre du DESU « Prise en charge de personnes addictes ».
  • « addiction, parole et individuations »
    • Olivier Brunschwig, Psychiatre, psychanalyste
  • « Point de parole »
    • Pascale Moins, Psychiatre, psychanalyste
  • « Le travail d’écriture dans l’accompagnement alcoologique »
    • Véronique Thépot, Médecin addictologue
  • « Où est donc le prêteur qui dit… ? »
    • Jean-Louis Chassaing, Psychanalyste. Membre praticien de l’Association lacanienne internationale. Secrétaire de Rédaction de La Revue Lacanienne, Psychiatre. Notamment auteur de Drogue et langage Ducorps et de lalangue (Erès).
  • « Histoire critique du mot addiction »
    • Jean Dugarin,psychiatre
    • Patrice Nominé, psychologue
  • « L’addiction et l’éthique de la parole »
    • Marilia Amorim, Ancien professeur du département de psychologie sociale de l’Université fédérale de Rio de Janeiro et maître de conférences à l’Université de Paris VIII. Auteur notamment de Petit traité de la bêtise contemporaine et Raconter, démontrer, survivre : formes de savoir et de discours dans la culture contemporaine (Erès) ; Dialogisme et altérité dans les sciences humaine (L’Harmattan).
  • « Les harmoniques de la parole : approche dialogique »
    • Marc Levivier, Formateur permanent à l’Irema, Responsable du DESU « Prise en charge de personnes addictes » à l’université Paris 8.

 

Inscription obligatoire

Formation « Rhétorique du déni »

La formation de l’Irema rhétorique aura lieu les 8 et 9 décembre.

Argument:

Quiconque se mêle d’alcoologie se confronte à cette étrange impossibilité de parler d’alcool avec ceux qui en consomment (trop ?).
On a pu appeler cela mensonge, mauvaise foi, dénégation, ou encore… déni. Mais où localiser ce fameux déni ? Comment le caractériser ? Est-ce une stricte composante psychique du consommateur ? Ne serait-il pas également actif chez le soignant ?
Le déni circule, dans nos alcoolisations, nos modes de vie, dans nos représentations. Cependant le déni reste affaire de paroles, celles que nous prononçons, la manière dont nous les disons, celles que nous omettons.

Pour interroger le mystère du déni, plusieurs intervenants (alcoologue, linguiste, psychanalyste) travailleront de concert avec les participants pour explorer, au fil des échanges et des apports spécialisés des différents champs, les métamorphoses du déni.

Y interviendront: Danielle Casanova, Ingrid Ceria, François Perea, Olivier Brunschwig.

Journée d’études « Parole et addictions »

Le vendredi 30 septembre 2011, l’IREMA organise avec deux équipes universitaires (PRAXILING UMR5267 – univ. Montpellier III – CNRS) et DIPRALANG EA 739 – univ. Montpellier III) une journée d’études sur le thème « parole et addiction ». Elle se déroulera dans la salle Pierre Jourda Bred de l’Université Paul Valéry – Montpellier III.

Depuis son étymologie, ad-dicere, l’addiction est affaire de parole, de rapport à l’autre et de dépendance. Etait déclaré addictus et adjugé à un maître celui n’avait pu tenir ses engagements, tenir la parole donnée.

Mais, surtout, on sait qu’une conduite addictive a pour corollaire une altération de la parole. Soit qu’elle s’éteigne, soit qu’elle se fige et tourne sur elle–même. Une certaine répétition des propos (ou des modalités relationnelles) fait souvent comme un écho à la répétition de la conduite addictive.

En portant l’accent sur la parole dans les phénomènes de l’addiction, les organisateurs de cette journée d’étude (un institut de formation et de recherche et deux laboratoires universitaires de sciences du langage) ont souhaité questionner la diversité des écoutes de cette parole qu’entendent à tour de rôle médecins, linguistes, soignants, psychanalystes, formateurs…

Que dire, à notre tour, des modalités de cette parole qui révèle le travail constant de positionnement en lien à l’autre, à soi et au monde de la part de ceux qui « ont le sentiment d’être seuls, isolés, incomplets narcissiquement » (Hautefeuille et Véléa) ?

Quelle est sa nature discursive, rhétorique, narrative, interactionnelle ?

Quel est son statut : doit-on l’envisager comme un élément de plus du tableau clinique ou considérer qu’elle recèle une vérité anthropologique comme le croyait Simenon écrivant que buvaient ceux « qui ont entrevu quelque chose, quelque chose qu’ils ne pouvaient pas atteindre, quelque chose dont le désir leur faisait mal jusqu’au ventre » ?

Mobilisant l’alcoologie, la psychologie, la psychanalyse, la linguistique et la philosophie, elle visera à mettre en commun différents travaux et questionnements privilégiant, chacun à sa manière, l’intersubjectivité et la parole du sujet addicté.

La participation à la journée est libre et gratuite.

Programme

Chaque intervention sera suivie d’un temps d’échange avec l’ensemble des participants.

MATINÉE

  • Accueil à partir de 9h00
  • Olivier Brunschwig
    Psychiatre, psychanalyste
    Paroles d’alcoolique : parler pour ne rien dire ?
  • Marc Levivier
    Formateur permanent à l’Irema, Responsable du DESU « Prise en charge de personnes addictes » à l’université Paris 8.
    Les harmoniques de la parole dans la prise en charge de la pudeur
  • Elizabeth Rossé
    Psychologue au centre médical Marmottan
    La « racontouse » des avatars ; les joueurs problématiques en réseau

APRES-MIDI

  • Jean-Louis Chassaing
    Psychanalyste. Membre praticien de l’Association lacanienne internationale.
    Secrétaire de Rédaction de La Revue Lacanienne
    Psychiatre. Ancien Assistant et Praticien Hospitalier (C.H.U. de Clermont-Ferrand)
    Drogue et langage. ducorps et de lalangue
  • Ingrid Ceria
    Psychologue clinicenne. Formatrice Permanente à l’Irema. Enseignante à l’Université Paris 8, dans le cadre du DESU « Prise en charge de personnes addictes ».
    Silences ou paroles perdues : la question du « déni » en alcoologie
  • François Perea
    Maître de conférences – Université Montpellier III. Laboratoire PRAXILING UMR 5267 CNRS
    Ivresse, défonce, affect et énonciation

Lieu

Université Paul-Valéry
Route de Mende
Bâtiment Recherche Marc Bloch
Salle Jourda

Plan de l’université

Contacts

  • François Perea (PRAXILING UMR5267 – univ. Montpellier III – CNRS) : francois.perea [at] univ-montp3.fr
  • Jean-Marie Prieur (DIPRALANG EA 739 – univ. Montpellier III) : jean-marie.prieur [at] univ-montp3.fr
  • Marc Levivier (IREMA) : m.levivier [at] irema.net

Parution article: « se dire avec le déni »

Dans Le courrier des addictions de mars 2011, on lire « Se déni avec le déni: paroles alcooliques », un article présentant la genèse, le projet et les premiers résultats de la recherche sur l’analyse des paroles de patients alcoolodépendants suivis en Csapa.

 

« Se dire avec le déni: paroles alcooliques », Le courrier des addictions, mars 2011, Marc Levivier, Danielle Casanova, François Perea, Ingrid Ceria.

Parution: Drogue et langage

Drogue et langage Ducorps et de lalangue

de Jean-louis CHASSAING

Présentation de l’éditeur:

« Les toxicomanies, conduites d’émotions et de passions, court-circuitent le rapport au langage au profit d’une jouissance du corps et d’une intensité obsédante qui fige les associations, néglige la répétition. En cela, elles substituent à une économie psychique du langage une économie du signe et témoignent ainsi de la connivence avec notre monde postmoderne : le langage n’y est plus qu’un instrument de communication !

En prenant le fil rouge des mots pour dire la drogue, l’auteur nous entraîne dans un parcours inédit qui va des musiciens de jazz, tels Charlie Parker ou Ray Charles, aux écrivains comme Mikhaïl Boulgakov, en passant par les psychiatres du XIXe siècle et les anthropologues, comme Lévi-Strauss. Tous attestent de cette spécificité : les mots ne peuvent dire l’effet des drogues !

Le psychiatre psychanalyste ne s’en trouve pas pour autant pris au dépourvu, bien au contraire car c’est en replaçant ces conduites dans le langage que l’histoire singulière du sujet peut reprendre son sens. Un ouvrage de référence pour qui veut (re)nouer le corps et la parole dans l’abord des toxicomanies. »