Parution article : Étude de l’inscription pronominale de la personne lors de séances d’un groupe de paroles de Csapa (I)

pling.fr

Indépendamment des personnalités, milieux socioculturels, âges ou expériences de vie, l’alcool fait parler différemment. Un mot est très fréquemment associé à ce constat : déni. Toutefois, rares sont les recherches qui l’ont pris pour objet, celles-ci s’intéressant préférentiellement au déni en tant que mécanisme de défense psychique et non pas à ses manifestations langagières. S’inscrivant dans un projet plus vaste, portant sur les caractéristiques langagières générales des malades alcooliques, nous présentons ici une étude basée sur l’analyse des discours de patients réunis dans un groupe de paroles en Csapa. Après avoir présenté le contexte et notre cadre théorique (Benveniste, Coïaniz, Kerbrat, Perea), nous analysons les thèmes récurrents développés par les sujets et « l’inscription et la circonscription de soi » à travers le jeu des pronoms personnels. Ces données sont alors comparées à celles recueillies lors d’une précédente recherche, basées sur des conversations de bistrots.

Levivier Marc, Perea François, Ceria Ingri. et Casanova Danielle, 2011, « Étude de l’inscription pronominale de la personne lors de séances d’un groupe de paroles de Csapa (I) », dans Les cahiers de l’Ireb, n°. 20.

Parution: Drogue et langage

Drogue et langage Ducorps et de lalangue

de Jean-louis CHASSAING

Présentation de l’éditeur:

« Les toxicomanies, conduites d’émotions et de passions, court-circuitent le rapport au langage au profit d’une jouissance du corps et d’une intensité obsédante qui fige les associations, néglige la répétition. En cela, elles substituent à une économie psychique du langage une économie du signe et témoignent ainsi de la connivence avec notre monde postmoderne : le langage n’y est plus qu’un instrument de communication !

En prenant le fil rouge des mots pour dire la drogue, l’auteur nous entraîne dans un parcours inédit qui va des musiciens de jazz, tels Charlie Parker ou Ray Charles, aux écrivains comme Mikhaïl Boulgakov, en passant par les psychiatres du XIXe siècle et les anthropologues, comme Lévi-Strauss. Tous attestent de cette spécificité : les mots ne peuvent dire l’effet des drogues !

Le psychiatre psychanalyste ne s’en trouve pas pour autant pris au dépourvu, bien au contraire car c’est en replaçant ces conduites dans le langage que l’histoire singulière du sujet peut reprendre son sens. Un ouvrage de référence pour qui veut (re)nouer le corps et la parole dans l’abord des toxicomanies. »