Résumé des interventions de la journée d’études Parole et Addiction

Cette page proposera les titres et les résumes des communications de la journée « Parole et addiction » qui a eu lieu à l’Université Montpellier-3 le vendredi 30 septembre 2011.

La publication des versions écrites des interventions est prévue. Pour être informé de la parution: adressez à mail à m.levivier [at] irema.net

Olivier Brunschwig

Paroles d’alcooliques : parler pour ne rien dire ?

Que pouvons-nous apprendre des empêchements faits à la parole des sujets dans l’alcoolo-dépendance, qui la rend si difficile à entendre ?

La parole, si elle est communication, est aussi manifestation pulsionnelle vocale, donc adressée à un autre qui prête l’oreille. Qu’en est-il, au cours de l’alcoolisme, de cette adresse sonorisée du corps jouissant ?

Le terme de « rien » représente fidèlement l’instabilité, l’équivocité de la présence de l’alcoolique face à l’interlocuteur éventuel, et face à l’Autre du langage. Pourtant, loin de ne jamais rien dire, l’alcoolique fait parfois entendre, à qui le veut bien, les diverses résonances d’une apparente nullité signifiante… Ce qui n’est pas rien !

Ce texte propose des lectures de ce « ne rien dire », pour que la parole des alcooliques ne tombe pas toujours dans le vide.

 

Marc Levivier

Les harmoniques de la parole dans la prise en charge de la pudeur

A partir de l’analyse d’une séquence de groupe de parole en centre ambulatoire, il s’agirait de repérer comment se développe collectivement un thème, avec des « sauts », d’un participant à un autre, que nous proposons de nommer « harmoniques de la parole ». Autrement dit, moins ce que nous entendons que ce à quoi nous fait penser ce que nous venons d’entendre.  Ce développement collectif, par associations implicites, permet notamment une collaboration dans la prise en charge du discours pudique, de telle sorte que le groupe parvient à dire davantage que ses membres un à un.

 

Elizabeth Rossé

La « racontouse » des avatars ; les joueurs problématiques en réseau

 

Jean-Louis Chassaing

Drogue et langage. ducorps et de lalangue

Dans le livre présenté et qui sert de soutien aux propos ici, Drogue et langage – Ducorps et de lalangue, paru chez érès en mai dernier, j’essaie de tracer le fil conducteur des rapports, difficiles voire d’exclusion, entre drogue, prise de drogue et ses Effets avec une majuscule, et le langage. Effet avec majuscule pour indiquer là où se situe le Réel de la drogue, réel au plus intime de la structure biologique, chimico-physique, membranaire pour ce que l’on en sait, mais toujours est-il inaccessible comme tel au sujet, au sujet au langage comme on dit être sujet au vertige !

Langage au sens où il s’agit d’un champ qui donne cours, non libre, à la parole en sa fonction.

« La parole est un don du langage, et le langage n’est pas immatériel. Il est corps subtil mais il est corps. Les mots sont pris dans toutes les images corporelles qui captivent le sujet » (Lacan. 1953).

Mais les mots de l’Effet des drogues ne sont pas faciles, voire impossibles à dire, à décrire ce réel. Et d’ailleurs n’est-ce pas consubstantiel à ce souhait d’être sous drogue, de l’être-sous-drogue, cet éloignement de la nécessité du langage et de ses conséquences ?

Ducorps ferait référence à la psychosomatique, à cette gélification des signifiants- holophrase de S1 et S2 – et surtout à ces « curieux prolongements du corps qui envahissent nos espaces : regards, voix, hallucinogènes » (Lacan. 1966).

Quant à l’addiction – ad-dictus – quel est l’auteur de son diktat du dire, du dire du préteur du Droit romain, le dire du don-du-corps-à ? Et quand est-ce que cela finira, les « addictions à » ?

 

Ingrid Ceria

Silences ou paroles perdues: le « déni » pour dire ce qui n’a pas été entendu

Tout intervenant en alcoologie « sait » que tout « malade alcoolique » est « dans le déni ». Tout intervenant sait aussi que le « déni » est un « mécanisme de défense »… deux concepts psychanalytiques. Or, la plupart des intervenants méconnaissent la psychanalyse. Notre expérience en formation et en clinique nous fait considérer ce mot de « déni » comme un sauvetage qui enferme: la tentative de nommer, d’inscrire dans parole, quelque chose qui résiste à y entrer : les silences, ou inhibition de paroles, qu’expérimentent et qu’endurent les intervenants lors d’entretiens avec des « malade alcooliques ». Une expérience d’étrangeté, qui se situerait presque en dehors de la langue: dans les perceptions infimes, dans les ressentis corporels. Une expérience vécue dans le corps de l’intervenant, nommée par le nom d’un mécanisme de défense psychique, dans le psychisme de l’autre.

Un travail auprès d’intervenant permet de repérer des expériences précoses, des futurs professionnels, qui semblent fournir les conditions qui rend plus tard possibles, qui favoriseront ces expérience d’étrangeté qui inhibe la parole.

 

François Perea

Ivresse, défonce et énonciation

Les différentes phases de l’ivresse entrainent une modulation du comportement langagier du sujet ordinaire : la phase d’excitation, marquée par une impression de bien-être et de sociabilité, affecte l’énonciation, l’énoncé et l’énonciateur ; la phase de dépression conduit au mutisme, en une désénonciation traduisant l’impossibilité momentanée d’une inscription dans l’ordre sémiotique et la prédominance d’une ancrage sensible au réel et à l’affect.

Chez le sujet alcoolo-dépendant ayant une consommation partagée, bistrotière (Perea, 2001, 2006), la phase d’excitation ne remplit pas son office de liant social : l’altération des pronoms, la désubjectivation de l’interlocuteur… et le discours auto-perlocutoire du sujet témoignent de la précarité subjective dans un rapport à l’autre altéré et un travail de l’éthos ambigu. L’énonciation révèle en même temps une lutte contre l’oubli de soi dans l’ivresse. Cet oubli caractérise les phases d’excitation, ou de défonce, où la désénonciation témoigne de la dissolution du sujet parlant. Dans les deux cas, l’énonciation est marquée par l’impossibilité dans laquelle se trouve le sujet dépendant de réaliser le collage entre la représentation de soi et son épreuve sensible, l’articulation entre le signe et l’affect.